Mes écrits

Cliquez sur les couvertures pour accéder aux pages des textes

Chêne-Blanc, petite ville du Mercantour, est le théâtre de nombreuses disparitions. Quand Lola, six ans, s’évapore au milieu de la nuit, Axel, son grand frère par adoption, décide de se rapprocher de la meute et de Hiero Salvo, son Alpha. Les Traqueurs semblent être de retour, mais pour quelle raison ? Sont-ils responsables de l’enlèvement de la fillette et du meurtre d’un lycan ? Et, surtout, Axel parviendra-t-il à dompter la bête qui sommeille en lui ?

Maëlys et Georg sont deux enfants pas comme les autres. Lorsque le danger menace le village qui les a accueillis, nul ne sait s’ils seront un bouclier, ou une force de destruction.

Dans un monde où la magie élémentaire est considérée comme une hérésie, Siobhan, jeune fille de 16 ans au caractère bien trempé, est réduite en esclavage pour avoir pratiqué la pyromancie. Elle qui n’aspirait qu’à vivre l’aventure et découvrir le monde, voit ses rêves soudain piétinés. Alors qu’elle est vendue à une riche famille du sud, Siobhan pourra-t-elle revenir à temps pour éviter un drame ? Le prix pour accéder à ses rêves n’est-il pas trop cher payé ?

couverture-enfer-et-bonnes-intentions

Luc et Célia, deux êtres célestes, forment un couple improbable, chacun ignorant la nature de l’autre. Et vous, saurez-vous distinguer l’ange du démon ? Ou peut-être sont-ils plus l’un et l’autre que ce qu’on pense ?

David, Sarah et leurs parents se retrouvent pour une expédition souterraine, comme autrefois… Mais ces retrouvailles ne seront pas sans conséquences !

Cinq contes illustrés pour enfants qui traitent de la vie, de la mort, de la différence et du respect.

– Le garçon et son étoile 
– Le dragon et la souris
– L’agneau qui voulait devenir loup
– L’oiseau sur la branche
– Le vieillard et le sorcier ⁠

« L’étalon martelait le sol de ses sabots dans un galop effréné, sa cavalière penchée sur l’encolure. Point de selle, ni de mors, la monture filait, libre, crinière au vent.

La nuit enveloppait le monde de son manteau sombre. La lune, blonde et ronde, poursuivait sa course, imperturbable courbe d’ouest en est, d’une montagne à une autre. »

couverture-recueil-mues

« Bien des années après Maëlys était toujours là, fidèle au poste, fabricant armes, armures et boucliers, réparant ceux qu’on lui apportait. Mais elle ne s’était jamais remariée, repoussant tous les hommes qui s’étaient présentés à elle. La forgeronne était une femme indépendante qui n’avait pas besoin d’un mari pour se sentir vivante, ni d’enfant pour exister. Georg était celui qu’elle avait toujours voulu. »

couverture-la-fournaise-de-ton-amour

« Elle s’était laissée glisser contre le mur, avait ramené ses genoux contre sa poitrine, et malgré les élancements de douleur, elle restait là, incapable de bouger. Les larmes inondaient son visage, ses doigts emmêlaient ses cheveux, ses pleurs emplissaient la maison vide. Aux heures les plus noires de la nuit, elle s’entendit hurler pour ne plus l’entendre l’appeler, la supplier, l’insulter. Elle se laissa glisser et s’allongea, entre l’entée et la cuisine. Deux de ses chats vinrent se lover contre la vieille femme pour lui tenir chaud, l’un derrière ses genoux, l’autre au creux de son ventre. »

couverture-passion-dévorante

Courroux Glacé est une nouvelle sur les quatre saisons, et une famille pas comme les autres.

Extrait : « Ses lèvres tremblaient tellement, ses doigts étaient engourdis, et elle titubait déjà. Ses forces la quittaient. Ses cheveux blonds comme les blés fouettaient son visage au gré du vent furieux. La neige et la glace formaient déjà une pellicule sur sa peau nue.

Soudain un sifflement se fit entendre à travers le blizzard et un pic de glace gigantesque atterrit entre les deux Fées.  La glace fut rompue et Hiver se tenait devant elles, son regard les dardant comme seul celui d’une mère déçue pouvait le faire. »

« Alya scrutait le ciel de ses yeux émeraude, la main en visière pour se protéger du soleil ardent. Il y avait plusieurs heures que sa compagne s’était envolée dans l’azur d’Emerya, et toujours aucun signe. La rousse commençait à s’impatienter. Les capitaines avaient appelé tous les soldats pour le débriefing d’après combat, ce n’était pas le moment de traîner. Soudain, une ombre survola la caserne et se dirigea vers le sud, vers l’aire d’atterrissage. Alya poussa un soupire, attrapa une pile de vêtements propres, et courut dans cette direction.« 

les dragons d'Emerya

« Installée à la table du salon, Lady Adelcott traitait quelque parchemin d’importance pour la gestion de l’île. Fêtant tout juste ses trente-ans, cette femme ambitieuse et intraitable, avait pour mission le bon ravitaillement des troupes, et bien sûr l’import-export de mésulite, la fameuse « pierre de dragon », si prisée à l’état brut par les joailliers du continent. L’île d’Emerya était la dernière à extraire ce minerai rare et d’une extrême beauté. C’est pourquoi l’archipel était protégé des pirates par les dragons, ceux-là mêmes qui autrefois, protégeaient les mines des hommes.« 

« Après un quart d’heure, les quais n’étaient plus qu’une ligne à peine visible. Soudain, deux ombres surgirent depuis l’île et s’élevèrent dans le ciel. Cette fois, les acclamations vinrent du pont de la Lady Fortuna. Tous les hommes d’équipage, bras en l’air, visages burinés levés, accueillirent leurs féroces protecteurs avec la plus fervente des reconnaissances. Ils savaient que sans les dragons, il n’y aurait pas de traversée possible. Nombre de marins leur devaient la vie.«