Salut tout le monde, j’espère que vous allez bien. Je suis ravie de vous retrouver pour ce nouvel article qui continue la série interview d’auteurs. Aujourd’hui je vais à la rencontre de Cindy C. Teston. C’est parti !

Meryma Haelströme — Bonjour Cindy, j’espère que tu vas bien. Merci d’avoir accepté de répondre à mes questions indiscrètes. Pour celles et ceux qui ne te connaissent pas encore, peux-tu nous dire un peu qui tu es ?

Cindy Teston — Bonjour Meryma et merci de m’inviter. Alors, pour ceux et celles qui ne me connaissent pas encore, je suis une « jeune » auteure de 36 ans, mariée et maman de trois garçons. Je suis originaire de Belgique et je suis également une très grande lectrice. Dans la vie, je travaille en temps qu’employée administrative au Ministère des Finances.

Faisons connaissance

MH — Depuis quand écris-tu ?

CT — En fait, j’écrivais déjà sur la vieille machine à écrire de mon père quand j’étais toute petite, puis adolescente, j’écrivais dans des carnets qui ont fini au bac tellement c’était nul lol. Ce n’est qu’il y a une dizaine d’années que je me suis vraiment lancée dans l’écriture avec la ferme intention de publier un jour mes écrits. Ça n’a pas toujours été facile, j’ai dû beaucoup travailler pour trouver mon style et faire murir mon écriture, mais ça en valait vraiment la peine… J’ai perdu 7 ans sur un projet de fantasy, mais au final, j’y ai pris beaucoup de plaisir, même si je ne pense pas pouvoir le publier un jour… il m’a permis de découvrir énormément de choses.

MH — Quel genre écris-tu le plus ? Pourquoi ?

CT — J’aime écrire dans le domaine de l’imaginaire. La romance fantastique principalement ou bien le fantasy (avec ou sans magie) tout simplement parce que l’imagination n’a pas de limite. On va où on veut avec pour seule limite, notre imagination. Après, j’écris également un peu de romance historique ou encore de la fiction contemporaine, mais basée sur faits réels.

MH — Qu’est-ce qui t’a donné envie d’écrire tes propres histoires ?

CT — C’est une bonne question. Je crois que j’ai toujours voulu écrire… Depuis que je suis toute petite, j’adore ça. Je crois que ça s’est tout simplement imposé à moi. À voir où cela me mènera.

MH — Pourquoi écris-tu ? (la richesse et la gloire, une reconnaissance éternelle, le besoin de laisser une trace… ?)

CT — Alors déjà, certainement pas pour la richesse (hahaha) on ne devient pas riche en devenant écrivain (sauf quand on s’appelle JK Rowling ou Stephen King). Non je crois que dans le fond, je le fais pour moi, pour me prouver que je suis capable de le faire. D’où le choix de publier via une maison d’édition d’ailleurs. Je lis beaucoup d’auteurs autoédités, en revanche, je sais que ce n’est pas une option pour moi. Quoi qu’il en soit, j’écris parce que j’aime ça. Ecrire, c’est ma façon d’échapper à la vie, à une réalité parfois difficile à assumer.

Tes lectures et ton écriture

MH — Avant de continuer sur l’activité d’écriture, attardons-nous un peu sur tes lectures. Est-ce que tu lis ? Qui et quoi en particulier ? Dis-nous tout.

CT — Pendant longtemps je me suis exclusivement concentré sur la fantasy. Depuis quelques années, je commence à varier un peu. Je lis un peu de tout (mais en roman, pas de témoignages, pas de drames ni de pièces de théâtre…).

MH — On dit souvent que nos lectures influencent notre écriture. Qu’en penses-tu ?

CT — C’est probable. Je dirais que c’est une source d’inspiration comme une autre. Tout comme on peut s’inspirer des films qu’on regarde à la télé. Moi personnellement, ce sont mes rêves qui influencent mon écriture. La plupart de mes écrits sont choses que j’ai vues en rêve.

Tes techniques et tes projets

MH — Vis-tu de tes écrits ? Si ce n’est pas le cas, aimerais-tu un jour vivre de ta plume ?

CT — Non, je ne vis pas de ma plume malheureusement. Je crois que c’est un peu le rêve de tous les auteur(e)s, mais bon, je reste très terre à terre pour une auteure de l’imaginaire. J’ai mon emploi et j’y tiens… Je ne suis pas près de le lâcher sauf si je suis certaine de devenir auteure à succès… Mais là, j’en doute sérieusement.

MH — As-tu des partenaires d’écriture ? Des personnes qui t’aident pour la promotion de tes écrits ? Ou est-ce que tu fais tout toi-même ?

CT — J’écris généralement seule, mais j’ai quelques bêtas lecteur/trices bien entendu. J’ai besoin d’une aide afin de vérifier la cohérence de mon histoire ainsi que d’un œil aiguisé pour repérer les couacs.

MH —Tu peux nous parler de ton expérience avec la maison d’édition ?

CT — Mon expérience en maison d’édition… Disons que ce n’était pas totalement tel que je l’espérais. Après, je préférerais ne pas m’étendre trop longuement sur le sujet. Je crois que j’ai souvent tendance à tout vouloir gérer, et ça, ça pose problème parfois.

MH — Comment concilies-tu ta vie de maman, avec l’écriture, ton travail et tout ton quotidien ? As-tu une méthode infaillible que tu conseillerais ?

CT — Ah… THE question ^^ C’est évidemment bien difficile de gérer tout en même temps. Avec un travail à temps plein, 3 garçons à élever, dont un malade, et une maison à entretenir, c’est loin d’être évident. J’écris dès que je peux. Les enfants sont au lit, l’homme est de sortie ? Allez hop, j’écris ! J’écris également durant mes trajets pour aller au bureau (une heure de train quand même), j’écris aussi durant mes pauses déjeuner… bref, dès qu’une occasion se présente, je n’hésite pas.

MH — Comment prépares-tu tes séances d’écriture ? Est-ce que tu les prépares, d’ailleurs ?

CT — Non, je ne prépare rien ou plutôt si… je prépare tout à l’avance. Avant de commencer mon premier jet, j’ai besoin que mes plans soient prêts. J’écris le résumé de tous mes chapitres afin de vérifier la cohérence générale de mes histoires, mais aussi pour ne rien oublier. Du coup, lorsque j’écris, je sais toujours où je vais et je n’ai plus qu’à me laisser entrainer par mon inspiration.

MH — Te fixes-tu des objectifs, en terme de mots, pages, date de publication ou que sais-je ?

CT — Non, pas du tout. Chaque moment où je peux écrire, je me lance. Parfois c’est 30 minutes parfois c’est plusieurs heures, je prends ce qui vient et comme ça vient.

MH — Combien as-tu de publications à ton actif ? Parle-nous de ton ou tes textes publiés (en ME et AE s’il y a).

CT — J’avoue que je débute dans le monde de l’édition. Mon premier roman « L’éveil du phénix » est sorti le 4 novembre aux éditions de la Caravelle. C’est l’unique roman que j’ai soumis en M.E. jusqu’à présent. Ainsi qu’une petite nouvelle, elle aussi retenue par les éditions de la Caravelle, lors d’un Appel à Texte. Les bénéfices de ce recueil ont d’ailleurs été reversés en intégralité à une association animale.

L'Éveil du Phénix
(Retrouvez ma chronique de L’Éveil du Phénix en suivant ce lien : clic)

MH — Es-tu hantée par certains personnages que tu as écrit (ou qui errent encore dans les méandres de ton esprit prolifique) ? Si oui, comment gères-tu cela ?

CT — Oui ! Certains de mes personnages me hantent, mais curieusement, ce ne sont pas ceux présents dans « L’Éveil du Phénix ». Il s’agit de tous les protagonistes de mon histoire fantasy (initialement une saga une 4 tomes + 7 nouvelles indépendantes). Je ne suis pas certaine qu’elle puisse voir le jour cependant, bien que cela ma brise le cœur, car j’y tiens comme à la prunelle de mes yeux. À l’image de mes propres enfants, les personnages sont nés, ils ont grandi (certains ont même vécu une adolescence hautement réalistes)… L’idée de les abandonner me rend malade et souvent, ils viennent tourmenter mon esprit, me suppliant de ne pas les oublier dans un tiroir… Mais l’ampleur de la tâche pour retravailler cette histoire me terrifie. Malgré pour amour pour eux, j’ignore si j’en serais un jour capable.

MH — Maintenant, jetons un œil à l’avenir. Que nous prépares-tu ? Des romans, des recueils, réponses à des appels à textes, autre chose ?

AV — Alors, je suis en train de travailler sur une romance fantastique, mais d’un tout autre genre. Cette fois, le public visé est plus « Yong Adult ». Je n’en dis pas plus pour l’instant, c’est encore secret ^^. Parallèlement, j’ai d’autres histoires en tête, mais je préfère ne pas m’éparpiller et me concentrer sur un seul projet à la fois au risque de prendre 10 ans à pondre une nouvelle histoire.

Merci d’avoir répondu à mes petites questions indiscrètes et nul doute que les petits curieux seront ravis de découvrir tes écrits et tes projets.

Je rappelle que nous pouvons te retrouver sur les réseaux, mais aussi sur ton site :

Site : https://cindycteston.wixsite.com/website
Facebook : https://www.facebook.com/Cindy.C.teston
Instagram : https://www.instagram.com/cindy.c.teston/
L’Éveil du Phénix : https://www.editionsdelacaravelle.com/product-page/l-%C3%A9veil-du-ph%C3%A9nix-cindy-c-teston

Merci à vous lecteurs et lectrices, je vous dis à bientôt dans un nouvel article ou une nouvelle vidéo 😊

Prenez soin de vous !

La Missive

Kelya et Paty forment un binôme atypique. L’une hyperactive, l’autre apathique, elles ont pourtant toutes les deux le même rêve secret : déterrer un œuf de dragon au fond des mines. Mais quand une galerie s’effondre et ensevelit les deux ouvrières, elles ne peuvent plus compter que sur elles-mêmes pour espérer revoir la lumière du jour.

Découvrez gratuitement ma nouvelle "Lucioles" en rejoignant La Missive

Félicitations et bienvenue parmi les abonnés de La Missive

%d blogueurs aiment cette page :