Interview d’autrice : Alizée Villemin

Salut tout le monde, j’espère que vous allez bien. Je suis ravie de vous retrouver pour ce nouvel article qui commence la série interview d’auteurs. Aujourd’hui je vais à la rencontre d’Alizée Villemin, autrice hybride, mi-licorne, mi-dragon, mi-autre-chose. C’est parti !

Alizée Villemin

Meryma Haelströme — Alizée, salut. J’espère que tu vas bien. Bon, moi je te connais relativement bien, on est amies depuis pas mal de temps maintenant. Mais pour celles et ceux qui ne te connaissent pas (honte à eux !), nous allons creuser ensemble, parce que je sais que l’archéologie, c’est une de tes passions *zbaff*. Alors Alizée, qui es-tu ?

Alizée Villemin — Salut Meryma, et merci pour cette sympathique interview ! Alors, je suis une drôle de bestiole, comme tu le dis si bien, avec plein de facettes différentes. Je suis à la fois autrice de romans et nouvelles, éleveuse de chevaux, directrice de centres de loisirs et maman de trois enfants, pour ne citer que les activités principales. Ça occupe ! 🙂

Faisons connaissance

MH — Depuis quand écris-tu ?

AV — J’écris depuis 2007, cela fait donc 13 ans. Je travaillais sur mon mémoire d’archéologie, consacré aux tombes celtes, et j’avais besoin d’un peu de légèreté. J’ai postulé pour intégrer l’équipe d’un webzine fantasy, « Sombres Royaumes » : j’ai écrit une courte nouvelle, « Dragon Ronchon » pour prouver que je connaissais bien les codes de cet univers. Et je n’ai pas arrêté depuis

MH — Quel genre écris-tu le plus ? Pourquoi ?

AV — La Fantasy, parce que c’est ma Madeleine de Proust, c’est ce qui me vient le plus naturellement. Je fais aussi quelques incursions dans le Fantastique, le Steampunk, le Post-Apo, un chouia de SF… L’Imaginaire, quoi. En fait, du moment qu’on peut s’évader de la « vraie vie », ça me va.

MH — Qu’est-ce qui t’a donné envie d’écrire tes propres histoires ?

AV — Je n’ai jamais songé à devenir autrice, tout comme je n’ai encore jamais décidé d’écrire une histoire qui parlerait de ci ou de ça… Je n’aurai jamais osé, sinon, pour moi un Écrivain c’était un monstre sacré… Jusqu’à ce que je me retourne et que je m’aperçoive que j’en étais devenue un.

En fait, je m’assois derrière mon clavier et les personnages sont là, décidés à me botter le derrière jusqu’à ce que je les laisse vivre comme ils l’entendent. C’est assez stupéfiant, parce que je lis mes propres mots au fur et à mesure de l’avancée de l’histoire, comme une lectrice qui verrait une plume magique s’agiter devant elle…

Donc pour répondre à ta question de manière plus précise, je dirai que c’est Lady Evelynn Falkenna qui m’a pressé de raconter son histoire, et on ne contrarie pas une Lady anglaise armée jusqu’aux dents.

MH — Pourquoi écris-tu ? (la richesse et la gloire, une reconnaissance éternelle, le besoin de laisser une trace… ?)

AV — [Mode sérieux] Je ne pense pas qu’aujourd’hui, en France, on puisse écrire pour la richesse, vu que les droits des auteurs stagnent au fond des caniveaux et que la majorité d’entre nous vit largement en dessous du seuil de pauvreté.
L’orgueil ? Peut-être un peu, parce que voir un lecteur venir de loin pour te faire dédicacer un exemplaire de ton dernier roman, ça met un sacré baume au cœur, je ne peux pas le nier…
Mais en fait, j’écris surtout parce que j’adore ça. Je vibre en lisant mes histoires (au point de retenir ma respiration quand mes héroïnes affrontent une mer déchaînée !), j’apprends beaucoup de toutes mes recherches parallèles, j’exulte à l’idée de faire rencontrer les nouveaux personnages à mes lecteurs…
Je me défoule, c’est ma manière de relâcher la pression qu’engendre le « vrai monde ». Une lettre de la banque ? J’m’en fous, chuis pas là, chuis partie à dos de dragons, Hiiiiiiiihaaaaaa ! : D

Tes lectures et ton écriture

MH — Avant de continuer sur l’activité d’écriture, attardons-nous un peu sur tes lectures. Est-ce que tu lis ? Qui et quoi en particulier ? Dis-nous tout.

AV — Je lis beaucoup, depuis toute petite, principalement de l’imaginaire et un peu de polars. J’ai développé au fil des ans un goût prononcé pour la dark-fantasy, où les héros n’en sont pas vraiment et où on sort du traditionnel schéma manichéen bien/mal.
Pour citer quelques noms d’auteurs… Scott Lynch, avec ses « Salauds gentilshommes » ainsi que Joe Abercrombie avec « Servir Froid », « Les Héros » ou « Pays Rouge » sont actuellement mes auteurs préférés. J’aime beaucoup citer aussi quelques excellents Français (cocoricoooo !), par exemple : Paul Beorn, que j’ai découvert avec « Le Septième Guerrier Mage » et Justine Niogret pour son « Chien du heaume » qui m’a fait un bien fou.

MH — On dit souvent que nos lectures influencent notre écriture. Qu’en penses-tu ?

AV — Que c’est très vrai ! Je n’ai pas la sensation de piocher dans mes livres préférés lorsque j’écris (sauf évidemment lorsque je cite Ablette ou Bigadin comme noms de chevaux, par exemple ^^), mais je sais très bien que chaque livre ou film est un grain de sable sur la plage de mon imagination. Brassés ensemble et ajoutés à mon expérience personnelle, ce sont eux qui donnent vie à mon univers. Merci, hein ! 😀

Tes techniques et tes projets

MH — Vis-tu de tes écrits ? Si ce n’est pas le cas, aimerais-tu un jour vivre de ta plume ?

AV — Je n’en vis pas du tout, c’est d’ailleurs pour ça que je suis directrice de centres de loisirs à côté. Si ma plume pouvait m’assurer un revenu suffisant pour ne pas avoir à prendre de job alimentaire… Alors là, oui, ça serait le pied, et je pourrai écrire beaucoup plus ! Cette année, avec tous les projets extra qui me tendent les bras, il se pourrait bien que je touche ce rêve du doigt… Qui vivra verra !

MH — As-tu des partenaires d’écriture ? Des personnes qui t’aident pour la promotion de tes écrits ? Ou est-ce que tu fais tout toi-même ?

AV — J’ai deux amies qui me soutiennent au quotidien (tu les connais, ah ah), on se relit, on se corrige, on s’entraide.
Ensuite, lorsque l’un de mes manuscrits est en maison d’édition, la ME fait son job et assure tout une partie du boulot corrections/fabrication/communication/promotion. Une partie, mais pas tout évidemment, et puis pour certains livres j’ai choisi l’autoédition, alors… je fais beaucoup moi-même en effet. C’est assez sympa, mais ça prend beaucoup de temps.

MH — Comment concilies-tu ta vie de maman, avec l’écriture, l’élevage (de licornes à paillettes) et tout ton quotidien ? As-tu une méthode infaillible que tu conseillerais ?

AV — Je n’ai pas de méthode infaillible à conseiller, sinon je n’aurais pas fait de burn-out en novembre 2019. Tourner à trois voire quatre métiers en simultané (maman/éleveuse/autrice/directrice), c’est trop, hein, faut pas faire ça ! Mais la seule casquette que je peux reposer sans me morfondre, c’est aussi la seule qui m’amène un salaire… Alors je continue le rythme infernal en priant pour un miracle : que l’écriture m’amène assez de revenus pour que je n’aie plus que trois métiers quotidiens. Maman, éleveuse de chevaux et autrice, c’est déjà pas mal et j’arrive à peu près à le concilier dans une seule et même journée, depuis que tous mes enfants sont scolarisés.

MH — Comment prépares-tu tes séances d’écriture ? Est-ce que tu les prépares, d’ailleurs ?

AV — Pas du tout ! Je fais tout au fur et à mesure. Je commence à écrire, mon héroïne prend le train : tiens, quelles étaient les lignes de chemin de fer anglais en 1900 ? Combien de temps duraient les trajets entre telle ville, telle ville et telle ville ? Comment fonctionnait un dirigeable ?
Je sors (ou réalise) des cartes, des frises chronologiques, je fais des recherches sur le tas…
Du coup, je n’avance pas vraiment dans le vide, mais je ne fais pas partie des auteurs planificateurs, je déteste me sentir prisonnière d’un schéma.

MH — Te fixes-tu des objectifs, en terme de mots, pages, date de publication ou que sais-je ?

AV — Oui, j’aime beaucoup reprendre le rythme du Nanowrimo (National Novel Whriting Month) même en dehors du moins de novembre. Sur le site, je paramètre l’écriture de 50 000 mots en un mois, ce qui représente environ 1600 mots par jour, et j’essaye de m’y tenir. Ça me challenge, et j’en ai besoin sinon je me disperse. En plus, voir la courbe grimper est satisfaisant.

MH — Combien as-tu de publications à ton actif ? Parle-nous de tes textes publiés (en ME et Æ).

AV — J’ai commencé par écrire beaucoup de nouvelles, qui ont été publiées (voire même récompensées par des prix) dans des webzines de SFFF ou sur des sites tels que Short Éditions. Je le fais encore aujourd’hui. La nouvelle est un format que j’adore, du coup je continuerai longtemps d’en écrire, je pense.

Pour ce qui est des publications papier :
Lady Falkenna
« Lady Falkenna », ma série steampunk, a été publiée à partir de 2014 chez Lune Écarlate Éditions. La maison d’édition ayant fermé ses portes le 1er juillet 2020, les deux tomes sont repris par une nouvelle maison d’édition ; je vais les corriger, les améliorer… et écrire la suite, pour une nouvelle parution à l’automne 2021.

Le silence des dragons
« Le Silence des Dragons », un roman fantasy, est paru lui aussi chez Lune Écarlate Éditions, en 2016. Je l’ai repris pour le retravailler et le proposer ailleurs ; il attend son tour dans mes dossiers.

Harpies
« Harpies » est une novella que j’ai écrite en 2014 ou 2015, et que je n’avais jamais corrigé ni publié. Pendant le confinement, j’ai enfin pu m’en occuper, il est paru en mars 2020 en auto-édition (là encore, il était prévu chez Lune Écarlate, mais fermeture…)

De vase et d'écailles
Confinement toujours, j’en ai profité pour sortir sous forme de recueil le fruit de mon Textober 2019 : « De vase et d’écailles », les aventures d’aventuriers pas forcément très malins dans un marécage infesté de créatures très mauvaises pour l’espérance-vie.

Dragons et autres bestioles
Pendant ce même confinement, j’ai écrit des nouvelles humoristiques dans un monde fantasy déjanté, et je les ai rassemblées sous le titre « Dragons et autres bestioles », disponible en auto-édition lui aussi. Je voulais que ça sorte très vite, alors je ne l’ai pas proposé en Maison d’Édition.

MH — Es-tu hantée par certains personnages que tu as écrit (ou qui errent encore dans les méandres de ton esprit prolifique) ? Si oui, comment gères-tu cela ?

AV — Pas en ce moment, mais ça m’arrive souvent, oui. Récemment encore, j’avais décidé de travailler sur l’univers des Corbacs, un projet à venir, mais Liz et Ribaude, du roman « De Glace et d’Épées » ont décidé de s’imposer. Du coup, je suis faible : j’obéis. Les Corbacs attendent, mais de temps en temps ils viennent râler…

MH — Parmi tes textes publiés, mon préféré est ton recueil « Dragon et autres bestioles ». Parle-nous un peu de ces nouvelles. Tu les as écrites durant le confinement. Un besoin de s’échapper, de s’évader, de dédramatiser ?

AV — Complètement ! J’ai été très malade et entre les problèmes de santé, la culpabilité d’être en arrêt alors que mon équipe avait besoin de moi, l’angoisse ambiante, la promiscuité forcée… J’ai eu besoin de m’échapper et j’ai été incapable de me concentrer sur de gros projets. J’ai donc laissé de côté mes romans pour écrire de courtes nouvelles défoulatoires, en malmenant les clichés de la Fantasy. Les dragons sont parfois végétariens, les licornes sont stupides, les griffons aimeraient pouvoir entrer à l’opéra et les mages ont des hémorroïdes… J’ai beaucoup ri, j’ai vu que je permettais aussi aux gens qui lisaient de décompresser, alors j’y suis allé de bon cœur.

MH — Maintenant, jetons un œil à l’avenir. Que nous prépares-tu ? Des romans, des recueils, réponses à des appels à textes, autre chose ?

AV — Olàlà, tellement de choses ! Certains projets sont secrets, donc je ne peux pas encore les révéler. Par contre, je peux vous dire que je suis en train de terminer le roman dark-fantasy « De Glace et D’Épées », et que j’ai vraiment hâte de vous le présenter, parce que j’en suis très fière. On y suit les aventures de Liz, une Mage de Guerre manipulant la glace, et Ribaude, une mystérieuse mercenaire constamment masquée, dans un pays rude et battu par les vents.

Ensuite, je terminerai « Corbeaux dans la Brume », dark fantasy également, qui est le roman tiré des aventures loufoques d’Ashe, Ezio et Fendyr, que vous avez pu rencontrer dans « De vase et d’écailles ». Le ton est plus léger, le climat plus tropical. Je m’amuse beaucoup avec eux.

Je prévois également un second tome pour « Dragons et autres bestioles », qui a beaucoup plu et qui me fait beaucoup de bien. Sur un fond de Textober, peut-être ?

Ensuite, ensuite… Eh bien, nous verrons, mais j’ai encore beaucoup à écrire… Cette fameuse suite de « Lady Falkenna »… Retravailler et écrire la suite du « Silence des Dragons »… Un projet post-apocalyptique steampunk nommé « Louve »… Des Appels à Textes…

Un retour en force à l’écriture, en quelque sorte, après quatre années presque vides. J’ai tellement hâte de vous montrer tout ça…

À très bientôt !

Alizée

Eh bien je croise les doigts pour tous ces beaux projets, que tes rêves se réalisent et tu sais que je te soutiens à fond. Merci d’avoir répondu à mes petites questions indiscrètes et nul doute que les petits curieux seront ravis de découvrir tes écrits et tes projets.

Je rappelle que nous pouvons te retrouver sur les réseaux mais aussi short édition et the bookedition par exemple.

Son site : http://www.alizeevillemin.com/
Facebook :
https://www.facebook.com/alizeevilleminauteur
Instagram : https://www.instagram.com/alizeevillemin/
Short édition : https://short-edition.com/fr/auteur/alizee-villemin
The Bookedition : https://www.thebookedition.com/fr/22431_alizee-villemin

Merci à vous lecteurs et lectrices, je vous donne rendez-vous la semaine prochaine pour un nouvel article 🙂

Prenez soin de vous !

couverture-courroux-glace

La Missive

Quand le conflit entre une mère et ses filles met en péril l'avenir du monde.

Découvrez gratuitement ma nouvelle fantastique "Courroux glacé".

Félicitations et bienvenue parmi les abonnés de La Missive

%d blogueurs aiment cette page :