Lire Jour 22 : Chef-cuisinier

Jour 23 : Déchirer

 

Toutefois, elle n’eut pas le loisir d’attendre bien longtemps. Tadeus s’essuya les moustaches avec une grande serviette qu’il reposa sur ses genoux et interpela la femme.

— Nous sommes ravis de votre visite, Dame Rad’yo, mais ça fait des années qu’on ne vous a plus vue dans nos régions. Il se passe quelque chose ? Nous sommes en danger ?

La télépathe but longuement avant de répondre, comme pour se donner le temps de réfléchir à la meilleure réponse à apporter. Mais il n’y en avait pas, elle le savait. Elle se racla la gorge avant de lancer.

— Malheureusement, j’aurais aimé revenir en de meilleures circonstances, mais vous savez bien que les mages ne se déplacent pas dans les contrées reculées par simples visites de courtoisie.

— Et pourquoi pas ? rétorqua Georg qui avait le plus souffert de l’absence de celle qui, autrefois, avait pris soin de lui quand personne ne le voulait sous son toit.

— Pas le temps, tout simplement. Et puis, je soupçonne mon père d’avoir cherché à me punir pour lui avoir désobéi à l’époque.

— Puni ? comment ?

— En me donnant trois fois plus de travail qu’aux autres mages, tout simplement. “Puisque tu veux parcourir le monde, alors qu’il en soit ainsi. Et tu n’auras plus une seconde pour t’occuper des brebis égarées”, voilà ses paroles.

— C’était moi, la brebis égarée ? interrogea le jeune homme, la fourchette bloquée à mi-chemin entre son assiette et sa bouche.

Maëlys étouffa un rire et se cacha derrière son verre. Rad’yo sourit et hocha la tête.

— Disons, un oisillon tombé du nid, si tu préfères l’image.

— Pas sûr, grogna Georg en enfournant son morceau de civet pour le mâcher avec conviction.

— Bref… si je suis revenue, sans prendre la peine de passer par le château et le seigneur Gallio, c’est parce que je suis porteuse d’un message à votre intention.

— Un message pour nous ? questionna Maëlys alors que la mage sortait un parchemin de son escarcelle.

Elle le tendit à la jeune femme. Sans prendre garde au sceau qui cachetait le message et qu’elle rompit avec empressement, Maëlys déroula la feuille et commença sa lecture.

— Un message du roi en personne.

Les regards autour de la table se firent plus insistants et inquiets. Un lourd silence s’étira pendant que Maëlys lisait le contenu du message. À mesure de sa lecture, son visage changeait. Elle fronça les sourcils et releva la tête.

— C’est, euh… je sais pas quoi en penser.

— Tu n’as pas à prendre ta décision tout de suite. On a encore un peu de temps.

— Du temps ? Du temps pour quoi ? demanda Georg en attrapant le message à son tour.

Il parcourut rapidement les quelques lignes et releva la tête, surpris.

— Qu’est-ce que… c’est quoi ce bordel ? Pourquoi toi et pas moi ?

— Le roi pense que Maëlys est plus puissante que toi, puisqu’elle a toujours su générer et maîtriser le feu dès son plus jeune âge. Il pense aussi qu’ensemble, vous êtes trop dangereux.

Georg sentit son cœur se déchirer à la pensée que la jeune femme pourrait partir sans lui, le quitter à tout jamais.

Lire Jour 24 : Creuse

couverture-courroux-glace

La Missive

Quand le conflit entre une mère et ses filles met en péril l'avenir du monde.

Découvrez gratuitement ma nouvelle fantastique "Courroux glacé".

Félicitations et bienvenue parmi les abonnés de La Missive

%d blogueurs aiment cette page :