Lire Jour 7 : Fantaisie

Jour 8 : Dents

 

La fête battait son plein, la musique s’élevait dans l’air frais de la nuit, les danseurs évoluaient en une gigantesque ronde autour d’un feu de camp allumé au centre de la clairière.

Assis sur un banc un peu à l’écart, Georg observait les enfants jouer avec Maëlys, lui faire des compliments sur sa robe, ses souliers neufs ou le ruban dans ses cheveux.

Le garçon eut un rictus quand son amie ignora ses camarades pour retourner auprès de son père qui s’occupait du feu d’artifice, qui serait bientôt tiré.

— Tu ne vas pas jouer avec eux, Georg ? demanda Rad’yo en prenant place à côté de son protégé.

Celui-ci secoua la tête et croqua vigoureusement dans une pomme.

— Aïe ! s’écria l’enfant en sursautant.

Il observa prudemment le fruit et y trouva une de ses dents de lait plantée dans la chair claire, avec une petite trace de sang.

— Félicitation ! La petite souris va pouvoir passer cette nuit, dit-elle sur un ton taquin.

Georg lui lança un regard torve et porta sa main à sa bouche quand il sentit le sang couler. La télépathe sortit un morceau de tissu d’une de ses poches et le lui tendit.

— Je suis désolée, ce n’était pas drôle. Rince-toi la bouche avant de mettre du sang partout.

Le garçon laissa tomber la dent dans l’herbe, attrapa un gobelet pour en siroter le contenu sans l’avaler, puis recracha à ses pieds. Il s’essuya les lèvres avec le mouchoir et le fourra dans sa poche. Il resta là quelques secondes, à observer les enfants qui se chamaillaient, les danseurs qui s’agitaient au rythme de la musique, les adultes qui discutaient et riaient de bon coeur. Mais tout ça ne lui disait rien. Rad’yo, qui ne le quittait pas des yeux, comprit qu’une force invisible maintenait toute l’attention de l’enfant sur sa jeune camarade. Celle-ci sembla sentir le regard de Georg car elle se retourna, et de loin lui fit de grand signes du bras pour le saluer. Le visage du garçon s’illumina alors. Il hésita et se tourna vers sa tutrice. Celle-ci lui sourit et hocha la tête.

— Vas-y, tu en meurs d’envie. On se retrouvera plus tard.

Georg ne se fit pas prier et courut pour rejoindre Maëlys et son père qui s’affairait près des fusées.

Rad’yo se pencha pour ramasser la dent de lait et la rangea dans une petite poche de son escarcelle à sa ceinture.

Lire Jour 9 : Jeter

couverture-courroux-glace

La Missive

Quand le conflit entre une mère et ses filles met en péril l'avenir du monde.

Découvrez gratuitement ma nouvelle fantastique "Courroux glacé".

Félicitations et bienvenue parmi les abonnés de La Missive

%d blogueurs aiment cette page :